French

Allemagne : une fillette de 9 ans punie pour avoir parlé turc à l’école

La semaine dernière, dans une école primaire de l’état du Bade-Wurtemberg en Allemagne, une fillette de 9 ans a parlé turc avec un ami dans la cour de l’école pendant la récréation. Son enseignante, qui a entendu la conversation lui a donné une punition, a reporté le journal local « Perspektif ».

Est-il possible de parler une autre langue que l’allemand dans une cour d’école en Allemagne ? Selon cette enseignante, les élèves doivent parler uniquement allemand enfin en tout cas pas le Turc.


L’enseignante a demandé à la petite fille de 9 ans de rédiger un devoir intitulé : « Pourquoi parlons-nous allemand à l’école? ». Les réponses données par l’élève à ce devoir ont suscité une grande indignation sur les réseaux sociaux.

« Parce qu’à l’école, les élèves parlent allemand. La langue officielle en Allemagne est l’allemand. Vous voulez que nous parlions allemand. Les écoles sont allemandes. Les enfants ne nous comprennent pas si nous parlons turc. Nous ne pouvons pas parler notre langue maternelle. Parce que nous devons apprendre à bien parler allemand. »

« Parler turc dans la cour de l’école ne peut pas être interdit »

Lorsque la mère de l’élève a vu ce devoir, elle a demandé à rencontrer le professeur. En raison de l’épidémie de coronavirus, l’enseignante a déclaré qu’il ne serait pas possible d’avoir un rendez-vous face à face avec la famille. Lors des échanges par téléphone et par e-mail, l’enseignante a fait valoir qu’une telle sanction fût raisonnable, se référant à sa propre liberté de décision pédagogique.

Ensuite, l’enseignante a déclaré que la famille ne pouvait pas s’opposer à cette punition. Selon le journal, la famille a ressenti cela comme une humiliation et a ainsi fait appel à un avocat pour faire valoir ses droits.

L’avocat Yalçın Tekinoğlu, qui suivi le dossier, a déclaré à Perspectif, un site d’informations basé en Allemagne, que l’attitude de l’enseignante était illégale et discriminatoire. « Il est bien sûr nécessaire d’avoir certaines règles à l’école. Parler allemand dans les cours scolaires est l’une de ces règles. Ces règles ont des objectifs tels que la compréhension de la leçon de tous les enfants ou la promotion de l’allemand. Cependant, il n’est pas interdit aux enfants de parler turc entre eux dans la cour de l’école, pendant la récréation ».

L’avocat estime qu’une telle peine ne peut être infligée qu’en cas de la violation d’une interdiction prédéterminée.

Or selon lui, il n’y a aucune règle qui interdit de parler Turc dans le cour de l’école. »

« Une idée fascisante »

Par ailleurs, Tekinoğlu estime que « cette enseignante voulait créer un modèle idéologique calibré au vu du contenu du devoir ».

En effet, d’après le contenu du devoir on distingue clairement un « vous » (membres de la société majoritaire) et un « nous » (turcophones, minorités). « Imposer ainsi de telles idées à un enfant de 9 ans est effrayant », martèle encore l’avocat.

La famille a donc porté l’affaire devant la justice de L’Allemagne en demandant l’annulation du devoir et le fait que les élèves puissent s’exprimer librement dans la langue de leur choix notamment en Turc à l’école.

De même, en France, un enseignant avait exclu un élève du cours pour avoir porté un survêtement avec un drapeau truc dessus.

Print Friendly, PDF & Email

About the author

Fatih Karakaya

Fatih Karakaya

Fatih Karakaya est né en 1977 à Kayseri en Turquie. Il est parti à l’âge de 10 ans en France. Après ces études de Turcologie à l’université de Strasbourg, il a commencé à travailler pour des journaux locaux en France.

Par la suite, il a écrit pour le site d’information Haber7 avant de devenir journalise Freelance.

A.Carter corfirms ties with PYD, YPG, PKK

US’s secret: child soldiers in Syria

UAE Foreign Minister Abdullah Bin Zayed allegedly assassinated

Follow us on Twitter

A.Carter corfirms ties with PYD, YPG, PKK

US’s secret: child soldiers in Syria

UAE Foreign Minister Abdullah Bin Zayed allegedly assassinated

Follow us on Twitter