French

La Turquie de 2020 n’est pas celle de 1920

Q. DW – Pouvez vous vous présenter (parcours universitaire, professionnel) ?

– Institut de droit de l’Université d’Alger, Algérie. Maîtrise en Droit public.


Université de Toulouse I, France, Diplôme des Études Approfondies (DEA) en Sciences Politiques.

– Abdennour Toumi : chercheur dans les Etudes Nord africaines, aupres du centre de recherches et etudes sur le Moyen orient. ORSAM, Ankara, Turquie.

– Jouranliste : HYPERLINK “http://www.thearabdailynews.com” www.thearabdailynews.com papier en ligne, Chicago, Il, USA

– Analyste humanitaire : L’IRIS (Institut stratégique des relations internationales), Paris, France

– Affilié à Sociology of Islam Journal – contributeur à International Studies – Muslim Societies Centre, Portland State University, Portland, Oregon.

Observation européenne de l’enseignement de la langue arabe (OEELA), (al-Marsad), Paris, France.

Chroniqueur au Journal Anglophone Turc : Daily Sabah HYPERLINK “http://www.dailysabah.tr” www.dailysabah.tr

________________________________________________________________________

Q. DW – Qu’est ce que l’ORSAM, l’Institut pour lequel vous travailler ?

ORSAM, un centre de recherche indepedant specialise, sur les etudes et recherches sur le Moyen orient et l’Afrique du nord.

Q. DW – Pourquoi avoir décidé de vous expatrier en Turquie ?

– Abdennour TOUMI

Tout a commence en janvier 2013, j’etais invite pour une conference organisee par l’universite des sciences sociales et politiques Tobb University et le Premier Minister de la republique de Turquie, pour parler du role de l’Algerie dans la crise du Mali. A ce moment, j’etais aux USA, je travaillais, charge de cours a Portland Community College au Dept des etudes sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord, et membre au centre des etudes du Moyen Orient a l’universite de Portland State.

Au meme temps, j’envisageais de me rapprocher de mon pays, ma culture et mes traditions, alors la Turquie c’etait ce pays qui ressemble beaucoup a l’Algerie sur tous les plans, sociologiques, societales, et culturels — j’ajouterais aussi que j’ai toujours garde un oeil attentif sur ce pays qui est en pleines mutations depuis l’arrive du AKP parti au pouvoir en 2002, sachant que la Turquie est un pays de paradoxe comme l’Algerie, d’ailleurs, ces deux pays et leurs peuples ont tous un pied en occident et un autre en orient… sans ne pas dire leur coeur balance entre ces deux mondes.

Q. DW – Comment définiriez vous la Turquie d’aujourd’hui? (au niveau géopolitique, économique, démographique, …) ?

– Abdennour TOUMI

D’abord la turquie de 2020, ce n’est pas la turquie de 1920. La Turquie d’aujourd’hui est devenue un pays pivot et de poids lourd dans une region de turbulence forte, geo-politiquement en 20 ans la Turquie a pu marginaliser des pays voisins dits-pivots dans la region comme l’Egypte et l’Arabie saoudite; deux pays devenus antagonistes envers la Turquie, suite aux changements socio-politiques a la lumiere du Printemps des arabes a cause de la position d’Ankara a l’egard de ces changements dans la region de Muscat a Nouakchott — l’axe Riyadh-le Caire-Abou Dhabi reproche a Ankara d’etre derriere la montee du soit-disant : l’islam politique dans la region.

Une chose que ces pays et leurs larbins, n’ont pas compris, c’est que President Erdogan, n’est pas un frere-musulman, sa formation ideologique n’est pas un islamiste selon la pratique et le parcours d’un islamiste classique, il n’est pas un islamiste ideologue.

Sur ce point, je crois que la question est beaucoup plus complexe, historiquement la lutte doctrinaire entre Riyadh et Ankara remonte a l’epoque de l’Empire Ottoman, voire avant la fondation ou la creation du Royaume Saoudien — etant Sunni (une charaterisation a la Bernard Lewis pour definir le monde musulman), de l’autre cote l’Egypte du General a-Sissi s’est jointe a cet axe anti-Turquie/anti-Erdogan, car la question pour ces pays est devenue claire, elle s’est personalisee, notamment, suite a l'”assassinat” du journaliste saouadien Djamel Kashoggi au Consulat generale de l’Arabie saoudite a Istanbul en 2018. De meme pour l’Egypte, suite au coup d’etat de juillet 2013 contre le premier elu president democratiquement de l’histoire en Egypte, le president Mohammed Morsi.

Au meme temps, en terme politique etrangere Ankara gere ses relations avec pragmatisme a l’egard de ces deux pays, les relations commerciales vont bon train, des echanges commerciaux de hauts niveaux, et l’investissement prive saoudien en Turquie est le deuxieme apres l’investissement irakien.

C’est la realpolitik qui prime sur le surrealpolitik.

Quant au element demographique, en effet, il y a un changement qui s’est developpe pendant les 25 ans ecoulees, une nouvelle classe socio-economique qui a ete emergee, cela grace au rapide developpement urbain et sub-urbain sans touche la nature et l’activite des zones rurales en matiere du developpement agraire, l’immobilier et une politique de logement attractive pour une generation de cadres et lettres, qui a su maintenir le cadre urbaniste des grandes et moyens villes comme Ankara, Antalya, voire le meme developpement dans les villes du sud, notamment dans le sud-est, ou la minorite ethnique kurde est fortement implantee — ce faisant, a contribue dans la lutte d’Ankara dans sa lutte contre le terrorisme du PKK dans cette sensible region, comme a Mardin, Sarnak et Deyar Bakir, ces provinces reprentent le bastion du mouvement separatistes kurdes — d’ailleurs, le parti AKP, est le seul parti politique qui a un reservoir eletoral important dans la region demographiquement ancree de Kurdes.

En revanche, il y a le facteur du “Erdogan Fatigue” (comme on dit en anglais) aupres des jeunes Turcs, notamment dans les milieux urbains et issues des milieux aises, qui n’ont pas connus la Turquie des coup d’etats et du regime militaire, malgre une democratie de facade ou extactement une demo-ctature des annees 80s, et 90s. D’ailleurs, le dernier coup reussi contre le Premier ministre Nedjeddine Erbkhan qui est le maitre a pensee du mouvement islamiste legaliste en Turquie, et le mentor du President Erdogan.

Donc cette jeunesse qui est sur le plan economique et social profite bien des realisations de la Turquie post-coups, nationaliste avec une politique etrangere et militaire moins attentiste et atlantiste.

Politiquement cette generation montre son opposition a l’egard du AKP, plus en la personne du president Erdogan qui le juge trop volontariste et interventioniste, sauf que lors du dernier coup manque de Juillet 2016 contre le president Erdogan, cette jeunesse etait sortie en masse pour faire face aux putshists et montrent un sentiment tres fort en faveur des valeurs republicains et democratiques. Par ailleurs, il y a une autre cathegorie de cette jeunesse qui se proclame fiere de la nouvelle Turquie qui est nee sous le regne du AKP et le leadership du President Erdogan.

En somme, c’est une image de la Turquie actuelle, ou comme je l’ai dit precedemment reflete le paradoxe turc, l’arbre de noel eclairee et bien debout, a cote des quatres minarets de la mosquee, ce qui fait la singularite turque. Il est important a signaler — c’est que cette jeunesse a bien appris le sens du debat public et l’imperatif de l’interet public — cela est du, aussi a la qualite du debat public dans les medias, voire aussi dans les universites et les centres de recherches. Une characteristique du cercle virteux de la democratie naissante de la nouvelle Turquie.

Q. DW – Comment le pays a-t-il pu absorber 3,5 millions de migrants sans trop de souci ?

– Abdennour TOUMI

Le governement d’Ankara des les premiers jours de la revolte pacifique des syriens contre le regime de al-Assad en mars 2011, s’est prepare a un exode massive de syriens, en particulier dans les provinces limitrophes du sud avec la syrie, comme Antakya, Kilis, Gaziantep, Saniurfa, et Mardin — le governement sous l’egide du premier ministre Erdoğan, avec son ministre des affaires etrangeres Ahmet Davutoğlu avaient opte pour la politique de la porte ouverte (Open Gate Policy) un paradigme qui a change au cours de l’evolution du conflit syrien et le changement de la nature du systeme politique en Turquie en 2014, le passage du regime parlementaire au regime presidentiel.

Entre temps, la lancee de Daesh sur la trajectoire du conflit en ete 2014, apres la prise de Kobani (Ain al-Arab) dans le nord syrien, a quelques kilometres de la ville de Seruc, Saniurfa en Turquie. La question des migrants, en Turquie, ils sont appeles juridiquement: invitees (Guests), elle est devenue une question de securite nationale pour le pays et l’un des imperatifs de la politique etrangere europeenne d’Ankara.

Sans oublie de mentioner que la Turquie a pu gerer cette crise grace a une politique de gestion de crise unique dans le monde, par les reseaux de gestion et de coordination de l’agence de la gestion des catastophes naturelles (AFAD), (un organisme qui ressemble a l’organisem FEMA aux USA) avec les ONG locales et internationales, sur le plan administratif tous les entrants sont recenses et inscrits par les bureaux locaux et regionnaux d’AFAD, en leurs octroyant une carte de migrant (Kimlik), cela permettrait au migrant de beneficier de soins aupres d’hopitaux de l’etat et il/elle est rembourse(e) a 80% de ses frais medicaux et de soins egalement, aussi il y a des programmes d’ordre educatif qui s’inscrivent dans la scolarisation des enfants syriens dans des ecoles qui sont subventionnees par l’UNICEF toujours avec la coordination avec AFAD, aussi des programmes d’aides et de protections, notamment des mineurs et des femmes.

Il y a la question du curriculum et de la langue, en 2014, il y avaient des associations syriennes travailees etroitement avec AFAD ont opte pour des programmes d’autres pays arabes comme le programme libyen, en fait, c’etait une politique de repture adoptee par les responsables de ces associations une fois pour toute avec le regime syrien; comme il y avait aussi des cliniques subventionees par des pays du golfe comme le Kuwait.

Ceci etant dit, tout cela rentre dans un cadre de protection et d’aide offert par le governement turc, bien gere, en appliquant la convention de Geneve de 1951 de la protection des refugies.

Dans votre question, vous avez l’air etonne : comment la Turquie a pu absorber 3,5 millions de migrants sans trop de souci, la reponse reside dans le courage du governement Turc, puis l’accueil chaleureux des turcs, notamment dans les villes du sud, qui ont connus un afflux positif aupres de la communaute locale en matiere de commerce et la creation de petites entreprises de confection et l’ouverture de restaurants — cela n’a pas toujours ete facile, car il y a eu des cas de tensions entre comme on dit en anglais: host and guest communities tension. Il y avait eu des programmes de socialisation, d’integration et de post-integration avec des programmes comme: Community Initiative Project (CIP) diriges par les ONG locales afin de baisser cette tension dans les provinces de Saniurfa, Kilis and Gaziantep.

Il y a aussi un element tres important a ne pas l’oublier, le gouverement turc a ouvert ses portes a bras ouverts aux Kurdes syriens de Qamishli a l’est a et a Kobani et a Afrin a l’ouest, qui ont trouve refuge dans la province de Mardin, dans la ville de Kiziltep et a Saniurfa, a Seruc et la ville d’Urfa, voire dans la ville natale de Ocalan a Halifati. Sans oublie, la province de Sirnak ou les authorites locales avec la coordination des services d’AFAD et de Wali ont accueillis des centaines de familles de Yazidis d’irak en hiver 2015.

Puis de fil en aiguille, neuf ans sont passes de la guerre civile en syrie, la majorite des syriens voit en Turquie un passage vers l’Europe pour une vie meilleure, cela malgre les programmes d’integration et post-integration, et cela rentre dans le cadre de programme educatif qui commence par l’apprentissage de la langue via le programme linguistique TÖMER qui est l’equivalent du TOEFL en anglais, pour que l’etudiant puisse rentrer a l’universite, en ayant une bourse d’etude qui permet a l’etudiant syrien de poursuivre des etudes convenables, cela s’applique aussi a d’autres migrants irakiens, afghans et somaliens. Donc grace a une politique publique de migration, le gouvernement turc a pu gerer la crise des migrants en leurs offrant une opportunite d’integration et en portant un oeil vigilant sur sa securite territoriale et nationale.

Q. WD – Recep Tayyip Erdogan est très actif sur le front de la diplomatie. Quelles sont ses ambitions? Veut il recréer un nouvel empire ottoman comme on l’entend un peu partout ?

– Abdennour TOUMI

Je commence par le deuxieme volet de votre question: l’idee de re-creer un nouvel empire Ottoman, est une obsession europeenne du fait de la domination et de hegemonie.

C’est vrai, la nouvelle Turquie ou YENİ TÜRKİYE en Turc, est tres active sur la scene internationale, cela est grace a une diplomatie active et preemptive qui va de soit avec les ambitions legitimes d’un grand pays comme la Turquie, encore une fois, il faut que le monde comprenne, notamment les Erdogan bashers en Europe et dans les pays arabes que la Turquie de 2020, n’est pas la Turquie de 1920.

Cela laisse entendre dans les medias francais, certains medias arabes, et algeriens, notamment francophiles, que le president Erdogan se refere souvent a l’histoire de l’empire Ottoman comme reference historique. Ok, pour simplifier pourquoi a-Sissi ne se refere pas aux Fatimides ou aux Mamlouks ?! ou Bechar al-Assad aux Umiyades, et ils partent a la reconquete de la region…

Cela nous amene a la question suivante, de la position de la Turquie par rapport au monde arabe, ca a commence comme une reaction au refus, voire le rejet jure de certains pays comme la France a l’adhesion de la Turquie a l’Union europeenne — alors la Turquie a vue une opportunite de s’orienter vers l’est, l’absence de leader ou du Zaim dans les pays arabes a laisse la population arabe sentir orpheline, pendant que la majorite de la rue trouve en la personne du president Erdogan comme leur leader, qui sait dire : enough, (c’est trop) aux super-puissances, et ses positions en vers la question Palestinienne… on se souvient tous du clash de 2006 a Davos avec l’ancien president israelien Shimon Perez, le Daka-daka moment… Pour moi, c’est le coup de boule geo-politique a la Zizou de Berlin 2006 lors de la finale de la coupe du monde.

On a vu aussi des pancartes dans les marches du Hirak algerien: les algeriens veulent un leader comme Erdogan.

Recemment son soutien aux revolutions arabes, en Tunisie, en Egypte et en Libye, sa derniere intervention diplomatique et militaire en libye a pu change la donne sur le terrain en favor des forces de GNA d’a-Saradj contre leur resistance face aux forces LNA du Marechal Haftar depuis plus d’un an, soutenu par l’axe Paris-le Caire-Abou Dhabi-Riyadh. La Turquie a une doctrine pragmatiste en matiere politique etrangere, elle n’a ni ami, ni ennemi, elle defend ses interets selon ses imperatifs strategiques comme toute grande nation dans le systeme international post-guerre froide, et dans l’ere de la co-existence pacifique froide.

Q. DW – L’Algérie a été sous domination turque entre le 16 et 19è siècle.Quels ont été les relations entre les deux pays depuis la fin de l’occupation ?

– Abdennour TOUMI

Depuis l’election du president Tebboune en decembre 2019, Ankara a montre son interet particulier envers l’Algerie, sur ce plan, meme les militairs a Alger se montrent desireux de developper une relation strategique militaire entre les deux pays. Ce nouveau choix de paradigme de l’administration du president Tebboune pour une politique etrangere pragmatiste et equilibree, ceci est un message direct a la France qui avait toujours consideree l’Algerie comme terrain acquis.

Or, recemment les relations franco-algeriennes ont drastiquement changees, le dernier episode de France24 network, a bien montre comment les relations entre Alger et Paris sont sous des eaux troubles. Quant aux dirigeants Turcs, ont aussi besoin du role de la l’Algerie dans la crise libyenne, ont besoin d’un pays de la taille de l’Algerie dans la region pour pouvoir mener leurs strategie dans l’est de la Mediterranee et le Maghreb — cela sans paranoia ni illusion, comme a ete dit a Alger par l’elite nationaliste arabophone et l’elite algeroise “branchee” et souvent entendu ici a Paris par l’elite parisienne et les medias anti-Erdogan que le president Erdogan veut se montrer comme le Dey d’Alger !

Cela nous amene a la question precedente au sujet de la domination turque de l’Algerie entre 16eme et 19 eme siecles, et les relations entre les deux pays depuis la fin de l’ “occupation”?

D’abord, je ne dirais pas qu’il s’agisssait une domination, je sais que le sujet est epineux en Algerie sur la presence Ottoman en Algerie pendant cette periode, qui a abouti a l’invasion et l’occupation francaise en 1830-1962. Puis la position de la Turquie a l’egard de son “silence” pendant la guerre de liberation de l’Algerie (1954-1962). La Turquie de 1954, n’est pas la Turquie de 2020, non plus, selon des sources diplomatiques turcs, lors de mes entretiens a Ankara avec un diplomate Turc, m’avait tres bien explique cette position, la Turquie a cree de reseaux via l’Egypte pour soutenir la lutte armee, par des transferts de dons et d’ armes au FLN.

Sur cette position, cependant, l’ancien ministre de l’Information et ambassadeur Abdelaziz Rehabi a declare aux medias que le gouvernement turc avait depose des excuses ecrites a l’Algerie pour avoir vote contre l’independance de la nation nord-africaine de l’occupation française, lorsque le la discussion du dossier algerien a l’assemblee generale de l’ONU en 1957.

Il a indique que “ce que les Algeriens devraient savoir, c’est qu’en 1986, le gouvernement turc a presente une demande ecrite de pardon à l’Algerie et soussigne par le Premier ministre turc de l’epoque, Turgut Ozal, pour s’etre oppose a une resolution de l’ONU pour l’independance de l’Algerie.” Il a en outre precise que les excuses ecrites ont été remises à l’ancien president algerian Chadli Bendjedid.

Le rapprochement algero-turc sous l’administration de l’AKP a pris de l’ampleur ces dernieres annees. L’Accord d’amitie et de cooperation, qui a ete signe lors de la visite du President Erdogan en Algerie en 2006 (etait premier ministre), est considéré comme une base solide sur laquelle reposent les relations bilaterales entre les deux pays.

L’energie et la construction constituent les principaux piliers des relations economiques. Sur le plan économique, les relations bilaterales ont atteint un niveau satisfaisant. La Turquie dispose d’investissements de 3,5 milliards de dollars U.S. en Algerie, un chiffre qui cherche a augmenter, ce qui en fait l’un des principaux pays investisseurs et le plus grand fournisseur etranger d’emplois en Algérie.

Les entreprises turques de construction, sous la direction de l’Agence turque de cooperation et de coordination (TIKA), ont travaillé sur de precieux sites de restauration culturelle tels que la mosquée de Ketchaoua et d’autres sites dans le pays.

A ce sujet, Ankara avait promulgue une nouvelle politique de visa, les Algeriens de moins de 15 ans et de plus de 65 ans n’ont pas besoin de visa pour entrer au pays.

Les nouveaux ambassadeurs des deux pays sont desireux d’encourager ce desir de nouvelles relations chaleureuses et de developper la coopération dans le commerce, le tourisme, la culture et le renforcement des capacites avec la societe civile et les acteurs universitaires.

Parfois, les diplomates idealistes contribuent au contexte culturel, politique, social et économique de son pays, et qui tient compte des merites des perspectives du pays hote avec habilete nouvelle diplomatie qui va de paire avec soft power et hard power.

Source: dzairworld.com

Print Friendly, PDF & Email

A.Carter corfirms ties with PYD, YPG, PKK

US’s secret: child soldiers in Syria

UAE Foreign Minister Abdullah Bin Zayed allegedly assassinated

Follow us on Twitter

A.Carter corfirms ties with PYD, YPG, PKK

US’s secret: child soldiers in Syria

UAE Foreign Minister Abdullah Bin Zayed allegedly assassinated

Follow us on Twitter